Habitasse © Curabitur felis erat. Mauris di Serif. Vestibulum | Sed vulputate

FEDERATION ROYALE BELGE DE BILLARD

HAINAUT- NAMUR.BE

HISTOIRE CONCISE DU BILLARD CARAMBOLE

Le jeu de billard a commencé en plein air. Au départ c'était un jeu de crosse où l'on jouait sur de la

terre battue. Il s'agissait alors de toucher une sorte de piqué qu'on appelait "turé" ou "roi". Les bâtons ainsi que les

billes étaient conçus avec du bois de cormier, qui est un des bois les plus durs;

actuellement c'est un bois rare et le cormier une espèce protégée. À ces bâtons, Jean de Meung les appela de

"bilhart" en 1275, dans son livre "Roman de la rose".

A cette époque le bilhart était déjà joué dans des espaces qui lui étaient réservés et était pratiqué par des gens de toutes les catégories sociales. On y vit Charles VI le pratiquer avec Isabelle de Bavière en 1389. Les «bilharts» séduirent alors toute l'Europe et les espagnols le baptisait de "Vilorta", les italiens de "Boccie" et "ballyards"

en Angleterre.

En 1429, le jeu est doté d'un treillis latéral en châtaignier qui nous emmènera plus tard à nos bandes actuelles.


En ce début de XVI siècle on y ajoute 6 blouses ou 6 trous au billard, un à chaque coin et deux autres au milieu des grandes bandes, mais il s'agit là de seulement piéger la bille adverse. Le billard a connu alors un très grand essor et cela amena

aussi des problèmes d'éthique, notamment à cause des paris qui donnaient lieu à des querelles et des duels sanglants.

Dans le but de moraliser le jeu, Richelieu qui était lui aussi un joueur assidu, créa l'Académie Royale, rue du Temple à

Paris. En ce lieu, les gentilshommes s'y adonnaient au billard au même titre qu'à l'histoire, les mathématiques et

l'escrime; discipline académique, le billard connu alors un statut officiel.

les premières règles écrites datent de 1665; il était déjà question de "tirer à la bande" pour déterminer qui devrait

commencer la partie; les parties se jouaient alors en 16 points. Plusieurs variantes ont vu le jour, notamment le "jeu

de la chasse, à deux joueurs" et "le jeu de la guerre, à plusieurs joueurs", consistant toutes les deux variantes à

éliminer la bille adverse en l'empochant. D'autres formes de jeu se développent et font même l'objet de publications

littéraires. L'église ne s'est jamais opposée au billard, contrairement à certains jeux de hasard, et au milieu du XIX siècle, le pape Pie IX en fit mettre une table au Vatican. Le billard était aussi propice à certains jeux sensuels; il y avait là une bonne excuse pour se parler entre gens du sexe opposé. Les paris allaient bon train ainsi que les problèmes que cela peu engendré.

Le billard, jusqu'alors permis à tout le monde, devient seulement toléré et en fait réservé aux bourgeois, hommes

fortunés et gens de la cour. Le billard continue néanmoins de séduire les couches populaires et naissent alors les premiers clubs de bourgeois, suivis de clubs d'ouvriers. On y passe des heures au tour des tables de billard et le roi soleil, lui-même, s'est fait conseiller par son médecin de pratiquer le billard; histoire de bouger un peu et perdre du poids.

Depuis Louis XIII, presque tous les châteaux étaient dotés d'un billard; Louis XIV était un grand passionné et a

beaucoup contribué a la vulgarisation du billard. On installa même un billard à la prison de la Bastille pour permettre aux prisonniers les plus illustres de s'adonner au noble jeu.


En 1469, Louis XI a donné l'ordre au menuisier "Jehan de Vigne" de concevoir une table de bilhart – assurément la

première. Il s'agissait de jouer en intérieur pendant l'hiver et les jours de pluie. Le roi lui indiqua les matériaux et des mesures extrêmement précises, ce qui laisse penser qu'il en avait peut-être déjà vu une table ailleurs et ramené les plans… des Flandres !

Le billard d'intérieur a conquis toute l'Europe et s'apprêtait à conquérir le monde.

A cette époque, on jouait déjà avec des billes en ivoire, le jeu se pratiquant toujours avec un arceau et un "touret", quoique plus petits. Par contre, les rebonds ne varient plus d'une aire de jeu à l'autre puisque les tables respectaient toutes le même rapport de mesure et dotées de bandes en bois.

En moyenne on arrivait à faire 10 billes avec les défenses d'un éléphant.

Les premières règles font leur apparition et les dames pratiquaient tout aussi bien le billard que les hommes. En

1572, le roi Charles IX aurait joué au billard dans une des futures galeries du Louvre et en 1756, la reine Mary Stuart d'Ecosse était une accro au billard.



Le billard progresse et se transforme. Les premières queues apparaissent, certains jouant toujours avec des crosses. La reine Marie Antoinette s'est fait fabriquer une queue de billard ciselée d'or et d'ivoire avec des incrustations de pierres précieuses.





























En 1823, le capitaine Mingaud séjourna un temps en prison et pu de ce fait s'adonner au billard – lire FSB-info précédent

ainsi qu'à la réflexion et c'est là qu'il inventa le "procédé", ce petit bout de cuir qui permettait une meilleure adhérence

et ainsi d'infliger des effets aux billes. Il semblerait que Mingaud demanda à séjourner plus longtemps en prison pour améliorer sa technique.

En ce moment, on remplaça la quille ou "touret" par une bille rouge neutre qu'on appela "carambole", du nom d'un petit

fruit exotique, rouge lui aussi. Nous avons là le véritable ancêtre du jeu de billard carambole tel qu'on le connaît de

nos jours. Après plusieurs modifications de règlements, on a fini par nommé "de carambole" le coup qui consistait à toucher les autres billes avec sa propre bille. A la révolution de 1789, les billards continuaient de fleurir dans les cafés où les parties coûtaient alors "deux sous" et "six deniers" à la lumière du jour, ainsi que "cinq sous" à la chandelle.


En 1800, toutes les capitales européennes furent envahies par des tables de billard; rien qu'à Paris, il y avait quelques

2.000 billards dans des salles ou cafés ouverts au public. Napoléon, qui appréciait peu le billard car il ne pouvait pas

tricher, avait tout de même sa propre queue en palissandre très ornementée et incrustée de la couronne impériale.


Là encore, en frottant le procédé contre les murs en chaux, il remarqua qu'il adhérait encore mieux à la bille; cela lui a permis de faire les premiers rétros de l'histoire du billard ainsi que des piqués et des massés. Un siècle plutôt, il aurait peut-être été brulé vif pour avoir fait tourner les billes de manière miraculeuse; il aurait même pu être accusé d'avoir un pacte avec le Diable



                Sorti de prison, Mingaud devient vite célèbre et part même faire des   démonstrations en Amérique. Dès lors, plus personne ne joue avec une crosse ou "masse", les queues de billard régnant en maître.

        Une année après l'invention du procédé, l'anglais John Carr commercialise des sachets de craie,l'ancêtre de nos craies actuelles. D'autres outils voient aussi le jour, notamment des presses servant  à coller les procédés. Le billard est alors très populaire, mais certaines règles restent pourtant douteuses; une bille qui sauterait du billard et qui toucherait quelque chose ou même quelqu'un du public et qu'ensuite  retomberait sur le billard serait donnée comme bonne.

À cette époque apparaissent de nombreux livres enseignant la manière de donner des effets aux billes ou encore d'apprendre à jouer au  billard tout seul. Les théories allaient alors bon train et s'accordaient facilement pour dire qu'il était primordial de jouer un jeu défensif, notamment en plaçant les billes au milieu de la table si son adversaire était petit ou à l'inverse, les coller aux bandes. Le public d'alors, comme l’actuel encore, adorait voir faire des massés car les courbes infligées aux billes semblaient défier la loi de la physique. Pour parfaire la technique de chacun, des premiers professeurs de billard on  à vu le jour et quiconque souhaitait devenir professeur devait passer un véritable examen en affrontant l e s professeurs déjà existant.


On lit dans le Larousse du XIX siècle que dans le moindre cabaret de village on trouve une table de billard.

Certains menuisiers sont devenus aussi billardiers et certains fabriquaient jusqu'à 500 tables par an. En peu de temps on

comptait quelques 100’000 billards dans les 36'000 communes françaises. En 1860 il y avait quelques 18'000 billards rien qu'à Paris et certains craignaient que le billard perde son caractère élitiste

Les grands cafés de toutes les capitales se transforment en académies avec beaucoup de tables de billards, parfois une

quarantaine y siégeaient et quelques 30’000 personnes les fréquentaient régulièrement .Les queues sont alors fabriquées en frêne, alisier ou de l'érable pour les "flèches", les fûts étant en palissandre ou ébène ; certaines de ces queues étaient de vraies objets d'art car on utilisait des bois précieux et des incrustations et parfois le nom du propriétaire était gravé en lettre d'or.

Vers 1840, on a équipéles billards avec des bandes à ressorts et ensuite avec des lamelles métalliques; en 1854, elles étaient

en caoutchouc naturel, actuellement on utilise du caoutchouc synthétique. Jusqu'au milieu du XIX siècle, le "lit" du billard était conçu en bois – du parquet très bien ajusté – et recouvert d'un drap.

Le bois ne permettant pas de faire correctement des piqués et des massés, on le remplaça par de la pierre de Tonnerre et plus

tard par de l’ardoise. La première partie officielle a eu lieu en 1855 à San Francisco; le français "Damon" l'emporta aux dépens de l'américain "Phelan". Les joueurs français partaient souvent pour donner des démonstrations en Amérique; ce fut l'âge d'or du noble jeu.



Les américains étaient friands de billard carambole ou billard français et se sont placés rapidement parmi les meilleurs joueurs, ce qui a donné naissance aux premières confrontations internationales.

Les champions français et américains gagnent à tour de rôle et encaissent d'énormes sommes d'argent. Ils sont

alors de véritables vedettes. Le français Vignaux a surclassé tout le monde pendant quelques 30 ans et a amassé une véritable fortune. Du 10 au 14 avril 1880, le président de la république française, Jules Grévy, assista a une partie d'anthologie; le

grand champion français Vignaux affrontait en 4’000 points la vedette américaine du moment Georges Slosson. Des

centaines de personnes, n'ayant pu obtenir un billet, sont restées devant la porte du prestigieux "Grand Hôtel de

Paris"; de grands panneaux indiquaient le score à la foule au fur et à mesure de l'évolution de la partie. Coup de théâtre; Vignaux qui était pourtant grand favori s'est vu infliger une série de 1103 points en moins de 50 minutes, lui qui n'avait jamais fait plus que 231 points de série. L'américain menait les billes proches des bandes et n'arrêtait pas de faire des points sans que les billes s'éparpillent partout sur le billard. C'était du jamais vu en France.

Cette façon de procéder fut crée par Cyril et Joseph Dion, deux frères canadiens. Le public, ignare, criait au scandale

car il y avait assurément un truc de magie; une ficelle ou je ne sais quoi d'autre. Vignaux était lui-même très surpris et est venu se placer près du billard pour mieux décortiquer le jeu de l'américain. Il s'entraîna ensuite toute la nuit sans relâche et le lendemain, ho miracle, il infligea à son tour une série de 1531 à l'américain, montrant par la même occasion sa

grande facilité d'adaptation. Seul un virtuose du billard peut en si peu de temps comprendre l e fonctionnement e t réaliser à merveille ce genre de série qu'ont appela par la suite "série américaine". Le billard venait de rentrer dans l'ère moderne.

Il y a bien eu d'autres parties qui sont devenues célèbres mais celle-ci a quelque chose de magique.

Avec des distances de 4’000 points, les parties duraient plusieurs jours. Une partie entre "Roberts" et "Peale" ayant

même été fixée à 24’000 points (une folie!). De ce fait, les joueurs de billard se sont mués en de vrais sportifs. Quinze jours avant les rencontres ils subissaient un vrai régime qui consistait à faire des bains, des massages, de la marche et du repos; cela était sensé préparer le joueur physiquement et mentalement. Ils s'entraînaient alors aux heures précises auxquelles se déroulaient les parties; en principe de 19 heures à 1 heure du matin.


LE GRAND HÔTEL DE PARIS OU SE DEROULA

LA CELEBRE PARTIE ENTRE

VIGNAUX ET SLOSSON DEVANT LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Les joueurs maîtrisaient de mieux en mieux la "série américaine" mais les spectateurs se lassaient et perdaient leur enthousiasme, ce qui a donné naissance à de jeux plus difficiles et de ce fait plus spectaculaires; ainsi est né le "jeu au cadre", Edmond de Graveleuse ayant eu l'idée de diviser le billard en 9 zones, lesquelles furent délimitées par des traits de craie blanche. Sur chacune de ces zones, les joueurs n'ont pas le droit de faire plus de deux points.

Les grands joueurs ont vite trouvé la solution à ce genre de jeu en jouant des "séries en ligne" en lieu et place de la "série

américaine". On a alors élargi les zones à plusieurs reprises pour rendre le jeu plus difficile et ont compte actuellement trois

sortes de jeu au cadre, certaines d'une incroyable difficulté. Plus tard on a vu

naître d'autres formes de jeux plus difficiles, comme le jeu à la bande et, plus spectaculaires, comme le jeu aux 3 bandes

ou le billard artistique, lequel compte encore aujourd'hui très peu de joueurs, vu sa difficulté.
























En 1924, le jeu au cadre est à l'honneur et le billard attire moult spectateurs, avec beaucoup de publicité et de fortes primes pour les joueurs. Alors même que les jeux d'argent étaient interdits à Paris, certaines académies organisaient des parties "à la rouge", c'est-à-dire qu'il fallait toucher la bille rouge en premier. Ce genre de jeu apparemment facile, s'avère beaucoup plus difficile qu'on le croit et les joueurs faisaient rarement plus que 10 points de série; le jeu à la rouge ne se joue plus de

nos jours, car très difficile; cependant j'ai réalisé et filmé une série de 33 points à la rouge que vous pouvez voir sur  Youtube sous le nom de: "Dites 33! ". Les jeux d'argent étant abolis, les champions étaient alors payés grâces aux entrées et aux consommations au bar. Les joueurs américains perdant souvent contre les joueurs français,

ils virent fuir leurs sponsors et le billard commença à perdre de son essor. C'est en ce moment qu'on commence à jouer aux "3 bandes" car plus spectaculaire et dans le but d ' intéresser davantage les spectateurs. Les joueurs ne pouvant plus vivre de leurs tournois, ils parcouraient alors les salles du pays en donnant des exhibitions. On jouait alors toujours avec des billes en ivoire.

En 1863 ont avait pourtant crée les premières billes synthétiques, mais la consistance du celluloïd ne satisfaisait pas les joueurs. On a du attendre presque un siècle pour qu'enfin on mette au point des billes de bonne qualité; de nos jours elles sont en résine phénolique et résistent à un epression de 5 tonnes.

Ces billes sont meilleures que celles en ivoire et on n’a plus besoin de sacrifier des éléphants pour leurs défenses.

Au début, on chauffait les ardoises des billards, d'abord avec des bougies, ensuite avec des réchauds à alcool, des lampes et actuellement avec des résistances électriques. Les tables de billard carambole sont, encore aujourd'hui, les seules à être chauffées. Les billes sont assez grandes et lourdes et les distances à parcourir sont importantes.

Le chauffage permet aussi de jouer davantage avec des effets, l'absence d'humidité retarde la saleté des billes et ses "buttages".

Actuellement on ne joue plus à de silongues distances qu’auparavant; même à la partie libre on ne va pas au-delà de 400 points , la moyenne ayant pris plus d’importance que les grandes séries.

Le billard artistique fait toujours rêver et le grand spécialiste, Semy Saigyner, parcourt la planète en émerveillant un public qui lui est de plus en plus acquis.Le billard américain, à poches, a fini par prendre toute la place dans les cafés, car plus ludique et moins exigeant que le billard carambole. Les tables sont aussi plus petites et n'ont pas besoin d'être chauffées car les billes sont plus petites et plus légères; elles parcourent aussi des distances plus courtes.

À ce genre de billard on n'a pas autant besoin de silence ni de connaître toute la technique du billard, les piqués et massés étant peu utilisés.



UNE SALLE DE BILLARD AU XIX SIECLE

Le billard aux 3 bandes est actuellement la discipline la plus en vogue car très spectaculaire et permettant tout de même de faire de petites séries. Le record du monde est actuellement de 28 points et il est codétenu par quatre joueurs : Junichi Komori, Raymond Ceulemans, Roland Forthomme, Frédéric Caudron . Les meilleurs joueurs sont encore les européens, suivis par des coréens du sud et des japonais, notamment en ce qui concerne les femmes.

Les billards ayant comme ornements des losanges ou des ronds en nacre sur le bois à des distances régulières, les joueurs ont de tout temps pris ces ornements comme repères et leur ont donné des valeurs virtuelles leur permettant de créer les fameux "systèmes diamants" ou "systèmes 3 bandes". Actuellement il y a énormément de systèmes et de variantes, mais le but est toujours d'aider le joueur à réaliser les points. Certains systèmes sont très compliqués mais aussi très précis.

Néanmoins on ne sera jamais un champion sans la technique, l'expérience et les sensations acquises grâce aux entraînements intensifs. Dernièrement le monde du billard s'est essayé aussi aux jeux par sets aux 3 bandes mais on est revenu aux formules plus classiques où on joue une seule partie de 40 points. Au dernier championnat d'Europe, on a joué pour la première fois à toutes les disciplines du billard carambole et cela en individuel, par équipes, hommes, femmes et juniors. Un tel rassemblement ne s'était jamais vu auparavant et il aura lieu tous les deux ans, la prochaine fois, ce sera du 24 avril au 3 mai 2015 à Brandenburg en Allemagne. Le billard s'adapte et profite lui aussi des nouvelles technologies. Actuellement, les matériaux sont de superbe qualité et le monde du billard s'essaie constamment à des nouveautés.

Les meilleurs billards ont actuellement des châssis en métal et sont parés d'ardoises très épaisses, pouvant aller jusqu'à 300 kg chacune des trois pierres qui les composent. Les bandes sont dotées de caoutchoucs épais de grande qualité leurs permettant de renvoyer les billes sans perdre de l'effet. Les meilleurs tapis actuels n'ont rien à voir avec les draps d'autrefois et ils sont continuellement maintenus à température constante par des chauffages très précis.

Les queues se divisent en deux, trois ou quatre parties et peuvent être fabriquées selon le poids et le matériel souhaité.

Plusieurs genres de procédés on vu le jour et actuellement sont en vogue des procédés à 5 couches de cuir superposés.


CROISILLON

RÂTEAU

ELAN

 Croisillon,râteau et élan, trois ustensiles utilisés dans le billard  carambole; l'éléphant n'y figure pas car il n'est utilisé qu'au snooker.

Queue à 4 sections avec ses anneaux poids aux intersections et un poids supplémentaire à$insérer par l'arrière du fût.



Les billes pour le jeu aux trois bandes sont maintenant pointées, ceci permet au public de mieux percevoir les effets infligés aux billes. On a aussi instauré des limitations de temps pour que le jeu soit plus attrayant pour le public.

Au billard de série on a aussi remplacé la bille pointée par une bille jaune, là aussi pour qu'on perçoive mieux les coups.

Actuellement on ne compte plus les livres de billard existant en presque toutes les langues. Sur "Youtube" il y a aussi pléthore de vidéos de champions et de "moins" champions.

Le billard est en constante mutation et il y a encore peu de temps, un grand fabricant de billards me fit savoir qu ' on allait remplacer les ardoises par un matériel révolutionnaire et que des craies très spéciales verraient bientôt le jour.

Seuls les "buttages" tiennent encore tête à l' inventivité de l'homme, mais un jour viendra où on arrivera à empêcher les billes de sauter lorsqu'elles se touchent et qu'elles sont sales. Aux dires de certains spécialistes, ce moment n'est peut-être pas loin. Le noble art est loin d'avoir dit son dernier Mot!


Billes pointées pour jeu au 3 bandes

Ustensile pour  dessiner les zones sur billard de Match

Gants de billartd à 3 doigts et craie

dans son porte-craie

Planche pour dessiner  les

Zones sur les 3 grandeurs

de(billards

Règle à procédés

Presse procédés

Ustensile à egaliser les viroles pour la pose du procédé

Outils permettant d'améliorer

l'état des procédés


Un ami m’a un jour offert le livre "Billards" de Jean Marty, fils du célèbre joueur français.

Ce livre, que je conseille vivement aux lecteurs, traite de la pratique du billard à travers les temps; mon ami, en me l’offrant a souhaité que je fasse un ou deux articles pour FSB-info (journal de la Fédération Suisse de Billard).

j'ai naturellement accédé à sa demande et j'ai écrit cette Histoire Concise du Billard Carambole- cinq articles de deux pages chacun.

Ce document a comme base le livre de mon ami, même si j'ai aussi fait appel à d'autres sources documentaires ou photographiques.

Mon intention est tout simplement de porter à la connaissance des joueurs ou amateurs l'histoire de notre billard.

Si ce document contribue à intéresser en distrayant, j'en serais très content; s'il contribue, tout en enrichissant leurs connaissances , à attirer de nouveaux adeptes au billard carambole, alors j'en serais très heureux.






Antonio Galinha